Ville de Genève

SITE OFFICIEL

 
Mise à jour: 11.09.2019
 

Je minimise mes trajets en avion

L’aviation contribue de façon significative au changement climatique: un voyage aux USA peut représenter le tiers de l’empreinte carbone annuelle d’une personne résidant à Genève! Ainsi, en prenant ses vacances en Suisse ou dans un pays proche et en privilégiant les trajets en train, on protège le climat.
Climat - Je minimise mes trajets en avion
© cff.ch

Le saviez-vous?

Le trafic aérien à Genève représente 23% du bilan carbone du territoire, tel que calculé par l’Etat de Genève dans son Plan Climat Cantonal. C’est le 2ème secteur d’émissions de gaz à effet de serre (GES) le plus important, juste après le chauffage résidentiel.

Un aller-retour intercontinental émet entre 1 et 4 Tonnes de CO2, une quantité très importante au vu de l'empreinte carbone de chacun-e.

L’avion pollue beaucoup plus que le train. Selon les trajets et les critères de calcul, cela peut représenter entre 5x et 30x plus d’émissions de GES. Cet article du journal Libération explique les raisons des divergences entre les calculs.

Le prix du billet d’avion ne reflète pas le coût de de son impact environnemental. L'avion est le seul moyen de transport qui n'est pas soumis à la TVA, ni à une taxe sur le CO2, ni aux impôts sur les huiles minérales. Cela induit une concurrence déloyale par rapport à tous les autres moyens de transport qui sont taxés.

Les Suisses volent deux fois plus que les habitant-e-s des pays voisins et le nombre de voyages en avion effectués par les Suisses a augmenté de 43% entre 2010 et 2015, selon l’Office fédéral de la statistique. Si rien de concret n’est entrepris, le transport aérien sera le secteur pesant le plus lourd dans le bilan climatique de la Suisse en 2030.

Comment agir?       

  • Je prends mes vacances en Suisse ou dans un pays proche. La Suisse et ses pays frontaliers sont des destinations touristiques très prisées.
  • Je privilégie les trajets en train. Le train est le moyen de transport qui émet le moins de GES par passager-ère et il s’agit donc de le privilégier autant que possible. Il existe de nombreuses formules d'abonnement (demi-tarif, voie 7,...) qui rendent les trajets ferroviaires meilleur marché. Les autobus, les cars et la voiture constituent également de bonnes alternatives à l'avion. Concernant le bilan carbone d'un trajet en voiture, celui-ci dépendra du type de véhicule et du nombre de personnes voyageant dans la même voiture.
  • Je profite des nombreuses animations offertes à Genève Les anglos-saxons ont inventé le terme «staycation» pour décrire les vacances à la maison, souvent moins stressantes que les grands déplacements. Une multitude d’activités, événements et loisirs sont proposés à Genève. Pour les découvrir, retrouvez l’agenda des événements de la Ville , l'application Genève en été et le site web de Genève-Tourisme.

Chaque action a un impact!

Le secteur aérien, comme tout autre secteur économique, réagit à la demande. Si chacun-e réduit le nombre de fois qu'il ou elle prend l'avion, cela aura un impact réel sur la rentabilité de certaines fréquences ou destinations proposées et amènera les compagnies à réduire leur offre.

Limiter ne veut pas dire interdire, mais diminuer.

Avant de prendre l’avion, il s’agit de se poser les questions suivantes: quels trajets me sont indispensables (et pourquoi?) et quels trajets pourraient être évités? Est-ce que je peux atteindre le but de mon déplacement sans prendre l’avion ou en volant moins loin? 

Calculateurs d'émissions lors de vos prochains voyages

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn

Découvrir d'autres pages du même chapitre :