Ville de Genève

SITE OFFICIEL

 
Sensibilisation et formation dans le domaine du sexisme et du harcèlement
© Magali Girardin / Ville de Genève
Mise à jour: 11.11.2019

Sensibilisation et formation dans le domaine du sexisme et du harcèlement

Comprendre ce qu’est le harcèlement sexiste dans l’espace public et ses mécanismes est nécessaire pour changer les représentations et les pratiques. Mettre sur pied des actions de sensibilisation et des formations est une étape indispensable pour y parvenir.

Les deux premiers axes de travail identifiés pour lutter contre le sexisme et le harcèlement dans l’espace public sont la sensibilisation et la formation.

Les actions de sensibilisation peuvent être destinées à des publics cibles spécifiques (les jeunes, les femmes, les hommes, les professionnel-le-s d’un certain domaine, etc.) ou au grand public. Elles peuvent également prendre des différentes formes: un atelier, une conférence ou table ronde, une campagne de sensibilisation, une semaine d’actions et bien d’autres variantes.

Quant à la formation, elle s’adresse ici essentiellement aux professionnel-le- s qui exercent des métiers en lien avec l’espace public. Elle permet notamment de les rendre attentifs et attentives à la thématique du sexisme et du harcèlement dans l’espace public, de leur donner des outils ainsi que des exemples de bonnes pratiques.

La formation des agent-e-s de la police municipale

© P.G. Lopreno / Ville de Genève

Un module de 2 heures de sensibilisation sur la thématique du sexisme ordinaire et du harcèlement dans l’espace public a été intégré à la formation continue des agent-e-s de la police municipale.

Ce module de formation est dispensé par l’Institut romand de recherche et de formation sur les rapports de genre, le 2ème Observatoire. Il fournit aux participant-e-s des outils pour repérer et prévenir les situations problématiques et favoriser un changement de pratique. Il peut être adapté à d’autres publics.

«GE peux, Tu peux!», des stages d’autodéfense pour femmes adultes et adolescentes

© DR

En proposant depuis plusieurs années des stages d’autodéfense Fem Do Chi, l’association Viol-Secours vise à offrir aux femmes des outils de prise de conscience et de prévention des violences dans leur quotidien.

Outre des techniques simples d’autodéfense physique et verbale, la méthode Fem Do Chi met un accent particulier sur la confiance en soi et l’auto-estime, éléments essentiels dans la prévention des violences sexistes.

La méthode Fem Do Chi tient compte des spécificités des violences faites aux femmes, des contextes multiples dans lesquelles elles se produisent, de leurs aspects intersectionnels et des différences dans l’éducation des filles et des garçons.

Ces stages d’autodéfense constituent un outil concret pour renforcer à la fois la sécurité des femmes mais aussi leur sentiment de sécurité et de légitimité dans l’espace public, sans limiter leur liberté d’action.

La mise en place d’un projet d’ateliers d’autodéfense pour les femmes est une des mesures prioritaires en 2019 pour l’axe stratégique «Prévention et sensibilisation». Des stages d’une journée ou de deux demi-journées sont ainsi proposés aux femmes adultes ainsi qu’aux adolescentes de 13 à 17 ans, résidant sur le territoire de la Ville de Genève, pour un prix symbolique de CHF 15.-.  

Plus d’information sur les stages proposés et les modalités d’inscription:

«Ne détournez pas le regard!»: des ateliers de courage civique pour lutter contre les violences faites aux femmes

© messieurs.ch/Ville de Lausanne

Les ateliers «Ne détournez pas le regard» d’Amnesty International Suisse découlent du constat que les témoin-te-s de situations de violence envers les femmes peinent souvent à intervenir et ce pour différentes raisons: effet de dilution de la responsabilité, crainte pour sa sécurité, peur d’être intrusif ou intrusive, etc. En prenant la forme du théâtre-forum, ce projet interactif vise à entraîner les participant-e-s à faire preuve de courage civique dans de telles situations.

La mobilisation des témoin-te-s est en effet un enjeu crucial dans la lutte contre les violences faites aux femmes, en particulier dans l’espace public, où il est plus probable que dans la sphère privée que ces scènes aient lieu en présence de plusieurs personnes. Il faut aussi souligner que l’impact de comportements de harcèlement sexiste ou sexuel sur une personne peut être significativement réduit ou empiré en fonction de la manière dont réagissent – ou pas – les témoin-te-s.

Dans cette perspective, la Ville de Genève soutient donc les ateliers «Ne détournez pas le regard» ayant lieu sur son territoire afin d’encourager l’attention bienveillante et la solidarité avec les cibles de comportements de sexisme et de harcèlement.

Toutes les informations sur les ateliers se déroulant  à Genève et sur les modalités d’inscriptions se trouvent sur le site d’Amnesty International: Ne détournez pas le regard

«Objectif zéro sexisme dans ma Ville», une campagne de sensibilisation grand public

© DR

Avec la campagne de sensibilisation «Objectif zéro sexisme dans ma ville», la Ville de Genève souhaite réaffirmer son engagement à lutter contre le sexisme et le harcèlement et renforcer le droit de chaque personne à disposer sereinement de l’espace public. Cette campagne, qui démarre en novembre 2019, accompagne le développement des mesures du plan d’action municipal, en devenant aussi son identité visuelle.

Elle est prévue en plusieurs temps: du 11 au 24 novembre, en marge de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes (25 novembre), une première série d’affiches seront placardées dans les rues de Genève. Des déclinaisons spécifiques adaptées à certains espaces publics suivront dès la fin 2019, en commençant par les lieux sportifs.

Cette campagne est portée par la volonté d’affirmer que les violences sexistes et sexuelles ne sont ni acceptées, ni acceptables, qu’il s’agit d’un enjeu de société qui nous concerne tous et toutes et dont il faut se saisir collectivement.

Pilotée par la Ville, elle est menée en partenariat avec des associations et institutions genevoises également partenaires du plan d’action dans son ensemble: le 2ème Observatoire, DécadréE, We Can Dance iT, F-Information, Viol-Secours, Eyes up, les Créatives, la Fondation genevoise pour l'animation socioculturelle (FASe), le service égalité de l’Université de Genève ainsi que le Bureau de promotion de l'égalité et de prévention des violences (BPEV) du Canton de Genève.

«Pour en finir avec les violences faites aux femmes» - Table ronde dans le cadre des Créatives

© Les Créatives

Le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le service Agenda 21-Ville durable de la Ville de Genève soutient une table ronde intitulée «Pour en finir avec les violences faites aux femmes» organisée par le festival Les Créatives.

Lors de cette discussion, un accent particulier sera mis sur la notion de «continuum des violences», qui affirme l’existence d’une continuité entre espaces privés et publics mais aussi entre sexisme ordinaire et violences sexistes et sexuelles. Des intervenantes locales et internationales, artistes, militantes ou encore spécialistes des enjeux juridiques, politiques ou de prévention des violences  s’exprimeront sur le sujet et traceront ensemble des pistes pour en finir avec les violences faites aux femmes.

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn

Découvrir d'autres pages du même chapitre :