Ville de Genève

SITE OFFICIEL

 
Mise à jour: 11.09.2019
 

Quelle est notre empreinte carbone ?

Afin de mesurer l’impact de nos activités sur le climat, il est possible de calculer la quantité de gaz à effet de serre qui part dans l’atmosphère. Cette page vous présente l’empreinte carbone des Genevois-es, ainsi que la quantité de carbone émise lors de plusieurs activités courantes.

Prendre un vol Genève-Londres, chauffer un appartement à 20°C, utiliser un téléphone portable: toutes ces activités produisent des gaz à effet de serre (GES), notamment le gaz carbonique ou CO2, qui provoquent des changements climatiques et toutes les conséquences qui s’ensuivent.

Sur cette page vous trouverez:
1. Une présentation de l’empreinte carbone des Genevois-es
2. L’empreinte carbone de diverses activités
3. La manière de calculer son empreinte carbone

Quelle est l’empreinte carbone des Genevois-es?

Le Plan Climat Cantonal estime l’empreinte carbone des Genevois-es à 10 tonnes de GES par personne par an en 2015. C’est une estimation plus basse que celle de l’Office fédéral de l’environnement, qui s’élève à 14 tonnes de GES par personne par an en 2018.

Ces différences peuvent trouver plusieurs explications: d’une part il est possible que Genève, en tant que ville-canton dense, ait une empreinte plus faible liée aux transports et aux logements qu’ailleurs en Suisse, d’autant plus que les services industriels nous fournissent une électricité d’origine 100% renouvelable; d’autre part, il est possible que la Confédération inclut une plus grande partie de notre empreinte carbone produite en dehors de la Suisse (importation d’objets fabriqués ailleurs), ce qui augmenterait le résultat. Finalement, il est aussi possible que nos émissions aient augmenté en 3 ans.

Quel que soit le nombre retenu (10 ou 14 tonnes), cela nous donne une empreinte carbone beaucoup plus élevée que ce que la planète pourrait supporter. Dans tous les cas, il s’agit de diviser par un facteur d’environ 10 l’empreinte carbone des Genevois-es d’ici à 2050, afin de pouvoir limiter le réchauffement climatique tel que préconisé par les scientifiques.

Par ailleurs, le bilan carbone du Plan climat cantonal a permis d’identifier les secteurs qui émettent le plus de GES: l'habitat résidentiel (24%), les déplacements aériens (23%), les autres déplacements de personnes (10%) et l’alimentation (10%) ainsi que les biens de consommation (8%) et le fret (8%). Ces secteurs informent les 5 actions pour le climat conseillées dans ce dossier web.

Quelle est l’empreinte carbone de différentes activités?

Voici la quantité de GES (en kg ou en tonnes) émis par diverses activités:

  • un trajet pendulaire de 7 km avec une voiture produit environ 1 tonne par an;
  • un trajet en avion européen aller-retour émet 200-500 kg par personne;
  • un vol intercontinental aller-retour émet 1-4 tonnes par personne;
  • le gaz ou mazout pour chauffer émet 3-5 tonnes par personne par an;
  • baisser son chauffage de 2°C permet d'économiser 250-500kg par an;
  • manger max. 300g de viande par semaine permet d’économiser environ 500 kg  par an;
  • Selon une étude française, la production et l’utilisation des biens que nous possédons représente environ 2 à 4 tonnes par an.

Ainsi, les potentiels d’économies de GES dépendent du style de vie de chacun-e: par exemple, un cycliste végétarien qui aime les voyages internationaux est confronté au défi de réduire son utilisation de l’avion; alternativement, une personne passionnée de restauration et de shopping devrait plutôt mettre l’accent sur la réduction de l’impact de sa consommation de viande, de gadgets et d’habits, en privilégiant une alimentation locale et végétale, ainsi que le troc, le partage et la réparation.

Comment calculer une empreinte carbone ?

Le plus courant des GES est le gaz carbonique, ou CO2. Plusieurs autres gaz, comme le méthane, font aussi partie des GES. On a l’habitude de convertir leur effet en équivalents CO2 et c’est le total de ces émissions qui constitue notre empreinte carbone (GES=Tonnes de CO2 émis + Tonnes d’équivalents CO2 émis).

A l’échelle d’un individu, d’une entreprise, d’un territoire ou d’une municipalité des empreintes carbone, aussi appelées bilans carbone, peuvent être calculées par domaine (transport, chauffage, etc.). Ces calculs varient toujours selon les paramètres retenus mais, malgré tout, cela donne des ordres de grandeur utiles pour prioriser et mesurer nos efforts.  

Grâce au calculateur d'empreinte écologique du WWF, ou au calculateur d’empreinte carbone du "Climat entre nos mains" chacun-e peut évaluer son impact personnel et recevoir des conseils personnalisés pour l'améliorer.

En ce qui concerne la mobilité, il existe  plusieurs calculateurs permettant de comparer l’empreinte carbone des trajets en avion, en voiture ou en train, voir par exemple MyClimate, Mobility Impact ou Mobitool . Selon les paramètres utilisés, on obtient des réponses qui varient un peu, notamment en fonction de la source de l’électricité utilisée par les trains (énergie renouvelable ou pas) et du taux de remplissage des véhicules, mais les constats globaux suivants restent valables: l’avion pollue énormément, notamment à cause des grandes distances parcourues, et le train en Europe est toujours beaucoup plus écologique que la voiture.

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn

Découvrir d'autres pages du même chapitre :