Ville de Genève

SITE OFFICIEL

Mise à jour: 23.12.2015
 

Loi sur le partenariat

Contrairement au mariage, le partenariat enregistré n’est pas réglé par le Code civil suisse, mais par une loi fédérale, entrée en vigueur le 1er janvier 2007 (LPart).
Des mains d'hommes signant les papiers de partenariat.
© Keystone

Le nom des partenaires

Depuis le 1er janvier 2013, les partenaires conservent en principe leur nom, mais ils ou elles peuvent aussi choisir de porter comme nom commun le nom de célibataire de l’un-e ou de l’autre.

Le nom d'alliance est le nom choisi pour l'usage quotidien par l'une ou les deux personnes vivant en partenariat enregistré. Il ne constitue pas un nom officiel et n’est donc pas inscrit dans le registre de l’état civil Cette association de deux noms réunis par un trait d'union est l'expression du lien officiel entre deux personnes et constitue un droit coutumier connu en Suisse qui a été intégré à la législation sur les documents d'identité. Sur demande de la personne requérante, il peut figurer comme nom dans le passeport ou sur la carte d'identité ou à titre de complément officiel dans le passeport.

Plus d'informations sur le site web de la Confédération suisse.

Partenaires étrangères et étrangers

Les partenaires  étrangères et étrangers peuvent déclarer à l’officier de l’état civil qu’elles ou ils souhaitent que leur nom soit régi par leur droit national (art. 37 al. 2 de la Loi fédérale sur le droit international privé; LDIP RS 291).

A partir du 1er janvier 2011, l’article 5 alinéa 4 de la loi fédérale sur le partenariat enregistré entre personnes du même sexe prévoit que «les partenaires qui ne sont pas [citoyennes ou] citoyens suisses doivent établir la légalité de leur séjour en Suisse au cours de la procédure préliminaire du partenariat». A défaut de titre de séjour valable l’office de l’état civil se verra contraint de refuser la conclusion du partenariat.

Nouvel état civil

La désignation officielle est «lié [ou liée] par un partenariat enregistré», respectivement «partenariat dissous» après la dissolution judiciaire du partenariat ou le décès d’un ou d'une partenaire.

L’état civil doit toujours être indiqué dans les formules officielles et dans la correspondance avec les autorités.

Droit de cité et nationalité

Le partenariat enregistré reste sans effet sur le droit de cité.

En ce qui concerne l’acquisition de la nationalité suisse par la partenaire étrangère ou le partenaire étranger, la loi ne prévoit pas la possibilité d’obtenir la naturalisation suisse de manière facilitée comme c’est le cas pour le conjoint étranger ou la conjointe étrangère d’une personne suisse.

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+
Suggestions
La Ville est sur facebook

Découvrir d'autres pages du même chapitre :