Ville de Genève

SITE OFFICIEL

Mise à jour: 23.08.2017
 

Procédé de réclame sur, sous ou contre marquise

Apposer un procédé publicitaire à une marquise ou un balcon nécessite une autorisation, le respect de certaines règles et le paiement d’une redevance.
Vitrines des magasins WE et Esprit
© Ville de Genève

Un procédé de réclame peut être placé sur, sous ou contre une marquise ou un balcon sous certaines conditions.

Dispositions légales

Ce type de procédé ne doit pas dépasser la marquise ou le balcon.

Le procédé de réclame placé sous une marquise ou un balcon doit se situer à 2,70 m au minimum au-dessus du sol. Sa surface ne peut excéder 0,5 m2.

Le procédé de réclame placé sur une marquise doit être constitué de lettres ajourées, sauf cas exceptionnel motivé par des raisons d'esthétique.

Demande d’autorisation

Toute installation de procédé de réclame perceptible depuis le domaine public doit faire l’objet d’une demande d’autorisation préalable pour utilisation accrue du domaine public. Cette demande doit être faite par la personne titulaire du bail à loyer des locaux auquel les objets sont rattachés. Plusieurs types de procédés de réclame à caractère permanent peuvent faire l’objet d’une même demande.

Suivant la situation et/ou la protection de l’immeuble qui accueille le procédé de réclame, la Commission des monuments, de la nature et des sites (CMNS) doit donner son avis. Le Service de la sécurité et de l’espace publics (SEEP) lui soumet la demande avant de prendre sa décision.

Durée de l’autorisation

Le procédé sur, sous ou contre une marquise ou un balcon a un caractère permanent car sa durée n'est pas limitée dans le temps. L’autorisation est reconduite tacitement d’année en année, sauf renonciation écrite du bénéficiaire, ou retrait de la permission.

La permission octroyée par la Ville est personnelle. Une nouvelle demande est nécessaire en cas de:

  • changement de titulaire du bail à loyer, même si le procédé de réclame (p. ex. l’enseigne) ne change pas;
  • modification du procédé de réclame.

Documents à fournir pour la demande

La demande doit contenir le formulaire «installation de procédés de réclame» avec un photomontage et/ou un plan coté indiquant:

  • la description des objets, de leurs dimensions, couleurs et texte;
  • la hauteur depuis le sol jusqu’au point le plus bas de l’enseigne;
  • la saillie depuis le mur, c’est-à-dire la distance qui dépasse du mur;
  • la largeur du trottoir.

Une copie du bail à loyer doit aussi être annexée. Le ou la propriétaire de l’immeuble sur lequel sera installé le procédé de réclame doit impérativement donner son accord en signant le formulaire.

La demande est à envoyer au Service de la sécurité et de l’espace publics.

Tarifs

L’installation d’un procédé de réclame à caractère permanent implique le paiement d’une redevance annuelle. Pour la première année, cette redevance est facturée au trimestre. Elle est ensuite perçue par année. Elle est due en entier même en cas de renonciation en cours d’année.

Les tarifs des procédés perpendiculaires ou appliqués s’appliquent aux procédés sur, sous ou contre une marquise ou un balcon. Le montant de la redevance varie entre Fr. 45.– et Fr. 250.– le m2 en fonction de la superficie du procédé, du type de procédé et du contenu. Une distinction est faite entre les procédés de réclame pour compte:

  • propre: qui font de la réclame pour le lieu où ils sont apposés;
  • de tiers: qui n’ont pas de lien avec l’endroit où ils se trouvent.

Les principes de calcul et les prix sont définis dans le Règlement fixant le tarif des procédés de réclame (RTPR).

Un émolument administratif est également perçu. Il varie selon la complexité du dossier et sa durée d’examen. Il se situe en moyenne entre Fr. 60.– et Fr. 100.– pour les petits dossiers.

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+
Suggestions
La Ville est sur facebook

Découvrir d'autres pages du même chapitre :