Ville de Genève

SITE OFFICIEL

 
D'où vient la Lune?
Mise à jour: 23.08.2017

D'où vient la Lune?

Le service de renseignements à distance InterroGE répond à votre question.

La Lune est physiquement explorée et étudiée. Elle est bien connue et a beaucoup de caractéristiques communes avec la Terre. Son origine demeure cependant inconnue, un « problème » irrésolu et « une énigme » pour la science.

Les chercheurs travaillent sur 4 hypothèses dynamiques entre la Lune et la Terre. Anny Cazenave en signale trois dans "Le grand atlas de l’astronomie" (1985, p. 96), http://data.rero.ch/01-0832433 :

« La Lune gravite autour de la Terre, dont elle est l’unique satellite, à une distance moyenne de 384 402 kilomètres. […].
De nombreux scénarios ont été proposés pour expliquer l’origine de la Lune. En fait, ceux-ci peuvent être regroupés en trois catégories faisant chacune appel à un mécanisme de base déterminé : la fission, la capture, l’accrétion en orbite terrestre. »

Dans le vocabulaire des liens de parenté : la fission est l’hypothèse de la « Lune, fille de la Terre » ; l’accrétion, celle de la « Lune, sœur de la Terre » ; et la capture, celle de la « Lune, cousine de la Terre ».

Olivier Esslinger présente ces 3 hypothèses de base et leurs « failles » dans « L’origine de la Lune », une page du site internet « Astronomie et Astrophysique », http://www.astronomes.com/le-systeme-solaire-interne/lorigi
ne-de-la-lune
, plus le quatrième scénario courant de « la collision » :

« Le premier scénario était celui de la fission. Juste après sa formation, la Terre était une masse liquide en rotation relativement rapide. Du fait de la force centrifuge, notre planète aurait éjecté une fraction de sa masse qui se serait finalement agglomérée pour donner naissance à la Lune.
Le deuxième scénario était celui de la création simultanée [accrétion] : la Terre et la Lune se seraient formées simultanément à partir de la même source de poussières.
Enfin, le troisième scénario était celui de la capture, selon lequel la Lune se serait formée dans une région différente du système solaire mais aurait été capturée à un certain moment par le champ de gravité de la Terre. […]
Plusieurs planétologues proposèrent ainsi en 1975 un quatrième scénario plus compliqué de l’origine de la Lune. Selon eux, très tôt dans l’histoire du système solaire, une collision se serait produite entre la Terre et un autre objet de la taille de Mars. Cette collision aurait entraîné l’éjection d’une énorme quantité de matière qui se serait agglomérée pour donner naissance à la Lune. »

Des quatre théories sur « La formation de la Lune », Christian Levasseur résume le principal avantage de l’hypothèse de la collision et les incertitudes générales des connaissances scientifiques, dans le site internet du « Club des Astronomes Amateurs Boucherville Montérégie », http://www.caabm.org/Documentation/Lune/Formation :

« Malgré le fait que la théorie présente des failles importantes, elle est celle qui en présente le moins. C'est pour cela que c'est présentement la théorie la plus acceptée. En science, il faut parfois se satisfaire avec la moins pire des théories. C'est le cas de la théorie de la collision Terre-Théa ; c'est définitivement le cas de la Lune. Avec le temps et la recherche, nous comprendrons mieux les mécanismes en jeu et on aura probablement une meilleure compréhension de notre monde. En science, il faut toujours garder à l'esprit que les «vérités» peuvent changer en fonction de nouvelles idées ou de nouveaux faits. »

Du point de vue chimique, d’après le tableau de synthèse que propose Pierre Thomas dans « Le grand atlas de l’astronomie » (1985, p. 112), et selon les analyses minéralogiques rapportées par André Cailleux dans « La géologie générale » (1976, pp. 268, 277-278) http://data.rero.ch/01-0084657 , et sur la base du Tableau de Dmitri Mendeleïev (1869, http://tableau-periodique.fr), la composition chimique élémentaire comparée de la Terre et de la Lune est identique, avec des proportions différentes. L’histoire de la Lune serait cependant plus ancienne que celle de la Terre, de plus de 500 millions d’années.

Dans la mythologie antique gréco-romaine des divinités, la Lune (Séléné, Luna) ou la Déesse de la Lune est la fille d’Hypérion et de Théia ; et sœur du Soleil (Hélios, Sol) et de l’Aurore (Éos, Aurore). Elle a eu beaucoup d’enfants avec plusieurs dieux. Ce sont les dieux qui l’ont transformée en astre et placée au ciel, http://mythologica.fr/grec/selene.htm.

Célébré par tous les peuples et dans tous les arts, le culte de la Lune a « mille formes diverses » dans toutes les civilisations. Dans notre calendrier, le lundi nous rappelle étymologiquement qu’il est le jour consacré à la Lune, « Lunae dies », proprement « jour de la Lune », comme nous l’indique le « Dictionnaire historique de la langue française » http://bit.ly/15PeFBu.

InterroGE

Service de référence en ligne des bibliothèques de la Ville de Genève

 

 

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+
Suggestions
La Ville est sur facebook

Découvrir d'autres pages du même chapitre :