Ville de Genève

SITE OFFICIEL

 
Archives InterroGE - Question / réponse
Mise à jour: 14.09.2016

Archives InterroGE - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Sur la flèche de la tour du Molard est attachée une grande clé en fer forgé : quelle est son histoire ?

Question répondue le 02.02.2017


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Vous pouvez dans un premier temps vous référer à la réponse d'Interroge à la question posée en mai 2016 "A quoi correspondent les armoiries figurant sur la frise de la Tour du Molard ?" http://www.ville-geneve.ch/index.php?id=16358&id_detail=4150 .

L'article du "Journal de Genève" http://bit.ly/2jA85hy du 19 mai 1907 mentionné dans cette réponse et intitulé "La résurrection de la Tour du Molard" indique ceci :

"Quant à la flèche, si curieuse, on sait que la légende en fait l'arme d'un Savoyard de l'Escalade. En tout cas, c'est une véritable hallebarde. La clef, elle, serait mêlée à l'histoire du syndic Blondel."

On trouve plus de précisions dans "La Place du Molard ancienne et moderne" http://data.rero.ch/01-0992464 publié sous les auspices de l'Association des intérêts du Molard, certainement en 1909 :

"La tour du Molard, qui formait l'une des portes les plus anciennes de la ville (enceinte Marcossey) et donne encore un cachet si pittoresque à cette place, est surmontée d'un clocheton, réparé en 1717 et 1773, et qui se termine par une hallebarde à laquelle pend une clef au sujet de laquelle il existe deux versions. Quelques historiens disent que c'est la clef de l'ancienne porte du lac, sous la tour. D'autres prétendent qu'il s'agit de la clef de l'ancienne porte de Rive, envoyée au duc de Savoie Charles-Emmanuel dans le ventre d'une dinde, quelques semaines avant l'Escalade de 1602, par un complice. […] Le syndic de la garde, Blondel, fut, on le sait soupçonné de trahison, mis en jugement et exécuté, bien que les preuves ne fussent absolument pas décisives."

Dans son rapport historique "Les anciennes Halles du Molard et annexes (rue du Rhône 56, parcelles arrières et Tour du Molard)" http://data.rero.ch/01-R008405590 , Christine Amsler indique en 1989 à la page 8 de sa synthèse :

"Le clocheton, recouvert d'écailles en fer blanc, fit l'objet de nombreuses réfections au cours du XVIIIe s. C'est dans le cadre de la réfection de 1773 que son amortissement fut surmonté d'une hallebarde munie d'une clé où figure encore le nom du maître-serrurier qui occupait alors la Tour et qui en devint même propriétaire dès le début de l'occupation française."

Dans le volume 2 de cet ouvrage, on trouve également une reproduction d'un croquis établi en 1892 par Jacques Mayor.

Un article de deux pages intitulé "Amortissement du clocher de la place du Molard à Genève" http://data.rero.ch/01-2252839 de Jean-Daniel Blavignac (architecte, historien, archéologue et héraldiste), ainsi qu'un dessin, se trouvent dans le tome 11 de 1859 des "Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire et d'archéologie de Genève" http://data.rero.ch/01-0137241 :

"Si on écoute la tradition, la clef serait celle de l'ancienne porte de la ville qui se voit encore sous le clocher du Molard ou bien une de celles des autres portes, et elle aurait été placée au sommet du clocher en souvenir de l'Escalade de 1602 avec une des armes des assaillants.
Cette tradition, que nous avons cru bon de recueillir avant qu'elle soit complètement effacée, ne peut malheureusement pas s'étayer d'autorités authentiques ; les Registres de la Chambre des Comptes, […] ne contiennent rien à ce sujet.

Tout ce que nous pouvons dire, c'est qu'ayant eu momentanément entre les mains l'amortissement dont nous parlons, […] nous avons pu nous assurer que la hallebarde est une arme véritable et que la clef est une clef ordinaire qui, autant qu'on peut en juger par l'état du panneton, a réellement servi avant de devenir une pièce de cette espèce de trophée si originalement placé. Ajoutons que cette clef n'a aucun caractère d'ancienneté, qu'elle n'est point contemporaine de la hallebarde et que nous ne serions point étonnés qu'elle n'a été appendue qu'à une époque tout à fait récente."

Dans "La Genève sur l'eau" http://data.rero.ch/01-R215832160 il est dit dans un article sur la Tour du Molard rédigé par Isabelle Brunier :

"[...] en 1773, celui-ci [le clocher] fut entièrement refait […]. Etienne Lacombe, maître serrurier résidant dans la tour, fournit un pommeau et une girouette neufs, en forme de hallebarde à laquelle pendait une clef et qui portaient gravés son nom et la date."

Ces éléments ont été décrits par Jacques Mayor dans "Fragments d'archéologie genevoise" http://data.rero.ch/01-1967079 publié dans les tomes 1 et 2 du "Bulletin de la Société d'histoire et d'archéologie de Genève" http://data.rero.ch/01-0137240 .

Isabelle Brunier décrit ensuite à la page 283 l'état actuel de la Tour (1997) : "Le clocheton à bulbe et surmonté d'un épi de faîtage qui a remplacé à une date à déterminer, l'ancienne hallebarde".

La Tour du Molard est également décrite à plusieurs endroits dans "Rues Basses et Molard : Genève du XIIIe au XXe siècle : les gens, leur quartier, leurs maisons" http://data.rero.ch/01-0481886 par Conrad André Beerli.

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque de Genève http://www.bge-geneve.ch

Pour http://www.interroge.ch

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+
Suggestions
La Ville est sur facebook

Découvrir d'autres pages du même chapitre :