Ville de Genève

SITE OFFICIEL

Mise à jour: 16.08.2017
 

Agrandissement de l'herbier des Conservatoire et jardin botaniques et construction de pavillons d’accueil

Avec ses six millions d’échantillons, l'herbier des Conservatoire et jardin botaniques est l’un des plus importants au monde. Cet agrandissement a été réalisé pour valoriser et protéger cette fabuleuse collection. Il a été entièrement financé par le fonds spécial issu de la Donation Roger et Françoise Varenne.
© A. Grandchamp / Ville de Genève

Entre 2010 et 2012, l’herbier des Conservatoire et jardin botaniques (CJB) a été agrandi. Trois nouveaux pavillons d’accueil du public ont également été construits.

Le nouvel herbier

Le nouvel herbier est implanté en sous-sol, en connexion avec l’ancien herbier. Il prend place dans trois niveaux excavés, ce qui garantit d’excellents conditions de conservation des collections. Il compte 18 km de rayonnages logés dans des armoires mobiles compactables. Un puits de lumière apporte aux scientifiques le confort nécessaire à leur travail. 

La réalisation souterraine de ce bâtiment répond à un triple besoin des CJB:

  • augmenter la capacité de stockage des herbiers;
  • conserver les herbiers dans des conditions parfaites d’hygrométrie;
  • préserver les herbiers en cas de catastrophe ou de conflit armé.

Pavillons d’accueil du public

Trois pavillons sont implantés de manière compacte dans un même périmètre. Leurs façades en béton, de couleur terre, présentent un aspect rustique et naturel.

Ils proposent un nouveau pôle public avec:   

  • le Pyramus: un café-restaurant disposant de deux grandes terrasses;
  • le Botanic Shop;
  • le Cabinet de curiosités: une salle d’exposition;
  • des toilettes publiques.

Des végétaux du monde entier

Avec quelque six millions d'échantillons, l'herbier des Conservatoire et jardin botaniques de Genève se situe parmi les premières places mondiales des instituts de botanique. Il rassemble, conserve et permet la consultation de végétaux du monde entier, mais particulièrement d'Amérique du Sud, du Proche et Moyen-Orient, de la région méditerranéenne et de la flore européenne.

Découverte d’un gisement de molasse

L’ouverture du chantier a permis de découvrir un gisement de molasse du lac. Cette pierre, constituée de sable aggloméré et qu'on ne trouve plus sur le marché genevois, sert à rénover des bâtiments anciens. Dans ce cas précis, la molasse servi à la rénovation des façades du bâtiment situé 2 cour Saint-Pierre. 

L’utilisation d’une pierre locale permet d’éviter l’effet «patchwork»que l’on retrouve souvent après la rénovation de certaines façades, conséquence due aux différentes qualités de pierres.

Trois entreprises ont passé un accord commercial avec la Ville leur permettant d’extraire la molasse et de l’exploiter. La municipalité, qui ne souhaitait pas stocker elle-même de la molasse et n’est pas outillée pour la vendre, se réserve toutefois l’utilisation d’une partie du gré pour répondre à ses propres besoins.

Galerie d'images - Nouveaux espaces aux Conservatoire et jardin botaniques

Ouvrir la galerie photo: «Nouveaux espaces aux Conservatoire et jardin botaniques»
La galerie d'images associée à cet article contient
9 images
Voir la galerie d'images

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+
Suggestions
La Ville est sur facebook

Découvrir d'autres pages du même chapitre :