Ville de Genève

SITE OFFICIEL

Mise à jour: 09.02.2012
 

Déplacement du Maire en Israël et dans les territoires palestiniens occupés

Au mois de février, le maire de Genève, Rémy Pagani, s’est rendu à Jérusalem, Tel Aviv, et en Cisjordanie. Ce déplacement était le dernier d’une série de trois voyages dédiés aux Conventions de Genève, pour appuyer des membres de la société civile qui luttent pour le respect du droit humanitaire.
Article associé dans Autorités et administration
18 février 2010, le pacifiste israélien Michel Warschawski, fondateur de l’Alternative Information Center, soutient que la politique israélienne cherche à éviter tout accord définitif pour continuer la colonisation des territoires palestiniens. Ge
La délégation genevoise fait le tour en voiture du «grand Jérusalem». Les zones israéliennes et les zones palestiniennes sont séparées par des murs, des barrières, des check points.
Dans une colonie israélienne, en périphérie de Jérusalem.
Colonie israélienne.
Village palestinien à quelques km du village de Bil’in.
Au Conseil municipal de Bil'in, village de Cisjordanie que le mur de protection israélien coupe en deux.
De g. à d.: Hans Peter Hirschi (DFAE), le pacifiste israélien Michel Warschawski, Nabil Shaat (de dos), ancien ministre et négociateur en chef de l’OLP et Eyad Burnat, porte parole du mouvement populaire contre le mur de Bil’in.
Le 19 février, le maire de Genève participe à une manifestation dans le village de Bil'in, auquel le mur israélien enlève une partie des terres agricoles. L’événement attire des milliers de personnes, dont des pacifistes Israéliens.
Après le discours du premier ministre palestinien Salam Fayyad, Rémy Pagani prend la parole au départ de la manifestation de Bil'in pour réaffirmer la nécessité absolue de l’application des Conventions de Genève par l’ensemble des parties au co
Durant la manifestation contre le mur à Bil’In, en Cisjordanie.
La Maire de Ramallah,  Mme Janet Michael explique à son homologue genevois les problèmes de la ville: check points, murs, confiscation de la terre, interventions récurrentes de l’armée israélienne.
Rencontre avec Mustafa Bargouthi, membre du Conseil législatif palestinien. La question du musée de Gaza qui devrait être construit avec une contribution de la Ville de Genève, mais dont l’avancement est bloqué, est abordée.
20 février. La ville d’Hébron est coupée en deux zones: H1, sous administration  palestinienne et H2, sous contrôle militaire israélien. H2 compte 35'000 Palestiniens et 600 colons.
Visite à pied dans la ville d’Hébron, avec les observateurs du TIPH (Temporary International Presence in Hebron). Des check points contrôlent l’entrée des personnes dans la zone de la ville sous contrôle de l'armée israélienne.
Hébron: check-point à l’entrée du centre historique de la ville.
Hébron.
L’armée israélienne veille sur les immeubles des colons juifs installés au cœur d’Hébron.
Au cœur de la ville d’Hébron, certaines maisons sont coupées en deux. Des grilles séparent les logements des deux communautés d’un étage à l’autre.
Hébron.
Le mur israélien en territoire palestinien occupé, à Bethléem. Devant, on se trouve en zone sous contrôle palestinien, au-delà du mur se trouve la zone sous contrôle militaire israélien avec les colonies juives du pourtour de Jérusalem. Genève s
21 février. Le maire de Genève salue son homologue de Gaza, Rafiq Al-Makkii, par vidéo interposée faute d’autorisation de passage vers ce territoire. Raji Sourani, du Palestinian Center for Human Rights rappelle que Gaza vit une catastrophe humaine.
Dans les locaux de la conférence vidéo du maire avec Gaza.
Lucien Lazare, résistant en France pendant la Seconde guerre mondiale, accompagne la délégation genevoise au mémorial Yad Vashem, consacré aux victimes juives de la Shoah.
Rémy Pagani dépose une gerbe au monument du souvenir situé dans le mémorial Yad Vashem, près de Jérusalem avec l'inscription «N'oublions et n'abandonnons plus jamais personne».
Carte du territoire occupé palestinien. En rouge, le mur de séparation élevé par Israël. En bleu, les zones et colonies israéliennes. En brun, les zones palestiniennes. Les parties en brun clair sont placées sous le contrôle de l’armée israéli
Rencontre avec Ron Houldaï, maire de Tel-Aviv. Rémy Pagani évoque la nécessité de lutter pour l’application des Conventions de Genève. Son homologue israélien réplique en réaffirmant le droit d'Israël de se défendre.
Roquette palestinienne explosée, dans le bureau du maire de Tel-Aviv.
Avec le maire de Béthlehem Victor Batarseh: «Nos trois principaux problèmes ici sont: 1) l'occupation, 2) l'occupation et 3) l'occupation». L'isolement a des conséquences économique très graves pour Bethlehem qui vit principalement du tourisme. Gen
Avec Philippe Lazzarini, de l’Office de l’ONU pour la Coordination des affaires humanitaires. La situation est très grave pour la population de Gaza avec la quasi impossibilité pour l’ONU de la ravitailler avec des biens de première nécessité.
Dîner à l’Ambassade suisse à Tel-Aviv. De g. à d.: Angela Godfrey-Goldstein, Comité israélien contre les démolitions de maisons, Uri Avnery, fondateur de Gush Shalom, Nurid Peled-Elhaman, prix Sakharov pour la liberté de pensée 2001.
Sharon Weill, juriste et chercheuse de l’Académie de droit international humanitaire et de droits humains à Genève. Elle a participé à l’élaboration du projet de mairie de M.Pagani.
Déplacement du maire de Genève en Israël et dans les territoires palestiniens occupés
Résultats 1 - 32 sur 32
Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+
Suggestions
La Ville est sur facebook

Découvrir d'autres pages du même chapitre :