Ville de Genève

SITE OFFICIEL

Mise à jour: 31.05.2018
 

Le mot du maire

Le professeur Benjamin Barber a dit: «Si les maires gouvernaient le monde, le monde irait mieux.» Même sans avoir la prétention de trouver des solutions à tous les problèmes du monde, être Maire de Genève représente un défi, tout autant qu’une fierté.
Sami Kanaan, Maire de Genève
Sami Kanaan, Maire de Genève
© N. Schopfer / Ville de Genève

C’est assurément un défi car la fonction de Maire incarne une proximité, un lien concret avec les problématiques quotidiennes de la population, mais aussi une forme de pragmatisme «de terrain» souvent plus efficace pour trouver des solutions concrètes.

Le Maire de Genève, bien qu’élu pour une durée d’une année uniquement –une exception parmi les cantons suisses et sans doute un système unique au monde–, porte également le rayonnement international de notre ville. De par son histoire, Genève est une petite ville-monde, tout à la fois mosaïque représentante d’une diversité inouïe et carrefour neutre pour discuter des enjeux internationaux.

Cette année, en tant que Maire de Genève, j’entends la mettre à profit pour proposer pour ces deux dimensions –proximité et international– des solutions aux défis d’aujourd’hui et surtout de demain, que nous pose la digitalisation. Le monde «numérique», l’intelligence artificielle et les progrès technologiques sans précédents de ces dernières années et surtout des suivantes, nous obligent en effet à repenser nombre d’aspects de notre quotidien.

Que ce soit en matière d’emploi, de formation, de prévoyance sociale, de mobilité, de protection de nos données ou d’accès à l’information, la digitalisation nous impacte sur un plan ou un autre. C’est pour cette raison que je veux que cette année en tant que Maire soit l’occasion également de faire avancer très concrètement les prestations «en ligne» de l’administration municipale, en veillant à ne pas accentuer la fracture numérique et en restant attentif aux enjeux écologiques.

La Ville doit se montrer exemplaire en matière de protection des données personnelles, mais aussi en matière d’ouverture de ses données. Ce «pétrole du XXIe siècle» -les «data»- constitue un bien commun qui doit pouvoir être mis à la disposition de la population de manière facilitée, transparente et standardisée. C’est en allant vers cet «open data» que nous pourrons développer des initiatives innovantes, valoriser la créativité et promouvoir une transparence indispensable pour les collectivités publiques.

Genève a également la responsabilité, de par son histoire et son positionnement international, de favoriser la prise de conscience, pour chacune et chacun d’entre nous, qu’il est indispensable de développer ses compétences personnelles pour gérer son «identité numérique» et exercer pleinement sa citoyenneté sur ce plan. Il s’agit de redonner à chacune et chacun la capacité d’agir face à un monde qui, trop souvent, semble nous échapper.

Sur le plan international, c’est un rôle similaire que Genève doit affirmer: revendiquer une réflexion critique sur les problèmes de ce «monde numérique», que ce soit via des «Conventions de Genève numériques», les questions centrales de la gouvernance du web à un moment où la neutralité du net est remise en question, mais aussi questionner la place de «l’open source» et plus largement les questions de propriété en ligne, ou encore la problématique de la protection collective des données personnelles alors qu’entre en vigueur un règlement européen dont on ne sait s’il résoudra ce problème. Genève est un centre de négociation multilatérale et est également une place idéale pour faire contrepoids aux géants du web.

Nous ne pourrons pas, durant cette année, trouver des réponses à l’ensemble de ces questions, ni opérer une révolution locale dans les prestations municipales. Mais j’aimerais que Genève parvienne à se réunir autour d’une prise de conscience de l’importance de notre ville pour cet enjeu au niveau international, comme de l’importance de ces enjeux pour notre ville au niveau local.

Le 12 mars 1989 naissait avec Tim Berners-Lee le world wide web au CERN, concrétisant pour le monde entier l’internet tel que nous le connaissons encore aujourd’hui. A nous de faire fructifier cet héritage et de poser les jalons pour continuer à explorer ce monde numérique durant les trente prochaines années!

Contact

Sami Kanaan

Route de Malagnou 19
Tél.+41 22 418 65 03
sami.kanaan(at)ville-ge.ch
Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+
Suggestions
La Ville est sur facebook

Découvrir d'autres pages du même chapitre :