Ville de Genève

SITE OFFICIEL

 
Archives InterroGE - Question / réponse
Mise à jour: 14.09.2016

Archives InterroGE - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Comment font les chats pour ronronner et pourquoi ronronnent-ils ?

Question répondue le 29.09.2017


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Commençons par essayer de déterminer le processus de ronronnement. Dans un article du site "Maxisciences" intitulé "Ronronnement du chat : comment et pourquoi les chats ronronnent-ils ?" http://bit.ly/2wlk70z de Morgane Henry et datant du 23 septembre 2013, on trouve trois hypothèses qui tentent d'expliquer comment les chats ronronnent :

"Chez le chat domestique, le ronronnement résulterait de la vibration du ligament de l'os hyoïde qui relie la clavicule de l'animal à sa gorge. Le bruit créé se fait ainsi entendre à l'inspiration comme à l'expiration. Néanmoins, certaines scientifiques affirment que le ronronnement serait plutôt dû à la contraction rapide des muscles du larynx et du diaphragme du chat. Cela alors engendrerait la vibration des cordes vocales, produisant le bruit caractéristique.
Si l'on en croit cette théorie, les chats possèdent un réseau de neurones chargés de provoquer la contraction des muscles du larynx toutes les 30 secondes. Résultat, la glotte des félins se déplace légèrement et bloque le conduit vocal pendant quelques secondes. L'augmentation de la pression entraîne alors l'ouverture des cordes vocales, qui laissent passer l'air, provoquant le ronronnement [...].
Enfin, une autre hypothèse évoque elle la circulation sanguine des matous. Ces derniers posséderaient une veine amenant le sang vers le cœur qui se mettrait à vibrer sous l'action de certains muscles. Les bronches, la trachée et les sinus de l'animal ne feraient alors qu'amplifier cette vibration.
En clair, les chats ne cesseraient jamais de ronronner, ils contrôleraient simplement l'intensité du phénomène."

Il n'y donc pas d'explication claire et définitive sur le mécanisme du ronronnement. Ce qui est sûr par contre c'est que "Le ronronnement est un acte inné et volontaire et non un réflexe" comme l'indique l'ouvrage "100 idées fausses sur votre chat" http://bit.ly/1hePcXJ de Laetitia Barlerin. D'ailleurs sur ce sujet précis le service Interroge a répondu le 14 février 2017 à la question : "Les chats contrôlent-ils leur ronronnement ?" http://bit.ly/2wkRocb .

Dans l'article de Morgane Henry cité plus haut vous trouverez aussi plusieurs explications du "pourquoi" du ronronnement :

"Principalement associé au bien-être, le ronronnement prend sa source pendant la tétée et permet au chaton de communiquer avec sa mère. Plus tard, le ronronnement est principalement utilisé dans les rapports sociaux avec les autres chats, mais aussi avec l'homme. Il se déclenche notamment lorsque l'animal est en situation d'infériorité. Il ronronne alors pour indiquer au chat dominant ses intentions pacifiques. Il véhicule ainsi un signal apaisant qui prend la forme d'une sorte de drapeau blanc."

Le ronronnement du chat a donc un effet sur son entourage mais également sur lui-même : "Le ronronnement peut aussi être entendu lors d'une situation stressante ou douloureuse pour l'animal. Il entraînerait ainsi des vibrations, sollicitant les corpuscules de Pacini présents à la surface de leur peau. Ces récepteurs sensoriels déclencheraient ensuite la production d'endorphines. Plongeant le chat dans un état d'apaisement et de bien-être, cela lui permettrait d'évacuer une douleur ou de récupérer d'une maladie."

Ce phénomène est également décrit dans l'article "Pourquoi les chats ronronnent-ils ?" http://bit.ly/2wmfT90 de l'émission "Les pourquoi ?" du 30 juillet 2016 de FranceInfo :

"Le chat possède sous sa peau, comme tous les mammifères, des capteurs de basses fréquences appelés "corpuscules de Pacini". Quand les fréquences sont situées entre 20 et 140 hertz, soit des sons très très bas, ces détecteurs génèrent dans le cerveau du chat des endorphines, de la sérotonine qui améliore — entre autres — la qualité du sommeil, et de l’ocytocine, molécule qui favorise l'activité sexuelle."

Enfin, dans l'ouvrage "Incroyables chats" http://bit.ly/2wlpNYh de Tammy Gagne, confirme que "Le ronronnement est un comportement intéressant d'autoguérison et d'auto-apaisement. Le son se situe entre 25 et 150 hertz. Les scientifiques affirment que les sons de cette plage de fréquence accélèrent la guérison des os, ligaments, muscles et tendons. Cela explique peut-être pourquoi les chats guérissent plus rapidement de fractures que les chiens".

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

Les Bibliothèques municipales de la Ville de Genève http://www.bm-geneve.ch

Pour http://www.interroge.ch

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+
Suggestions
La Ville est sur facebook

Découvrir d'autres pages du même chapitre :