Ville de Genève

SITE OFFICIEL

 
Archives InterroGE - Question / réponse
Mise à jour: 14.09.2016

Archives InterroGE - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Est-il exact que le plus vieux ghetto juif d'Europe a été créé au XIVe s. à Genève, et s'appelait le "cancel" ?

Question répondue le 14.07.2016


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Le ghetto de Venise est mentionné comme datant de 1516 et il est exact qu'un ghetto appelé "cancel" a été créé à Genève en 1428. Voici quelques références à ce sujet.

Dans l'article "Genève Commune" http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F2903.php du Dictionnaire historique de la Suisse (DHS) en ligne, le chapitre 2.5.1 "La Genève épiscopale" nous informe que :

"Des juifs vivent à G. dès la fin du XIVe s., installés dans la "juiverie" (ghetto) du Grand Mézel. Leur situation empire peu à peu : le ghetto est pillé en 1461 et les juifs sont bannis de G. en 1490."

Dans son ouvrage "Ville et canton de Genève" http://data.rero.ch/01-2061466 , Armand Brulhart écrit à la page 40 :

"Au Grand Mézel (du nom du marché de la viande, la boucherie), le quartier juif, enfermé entre deux portes, s'appuyait contre la muraille sud de l'enceinte urbaine, voisinant avec les écorcheries (abattoirs). En 1490, tous les juifs furent bannis sur la demande des syndics, arrêtée et notifiée par le procureur épiscopal."

Dans "Le Grand Mézel et son histoire" http://data.rero.ch/01-2017199 , paru dans "La Cité" http://data.rero.ch/01-1677799 en 1968, Jean-Daniel Candaux précise à la page 3 :

"Le Grand Mézel abrita aussi les Juifs de Genève, durant deux générations. C'est sur le côté occidental de la place, en effet, que le Conseil de la communauté avait décidé, en 1428, de les regrouper et c'est là que, nonobstant les incursions et les pillages populaires, ils subsistèrent jusqu'à leur expulsion massive, en 1490. Aux deux bouts de cette "Juiverie", comme on l'appelait, des portes furent posées, qu'on fermait la nuit et pendant la Semaine Sainte, afin que les Juifs fussent à la fois mieux parqués et mieux protégés à l'intérieur de leur "cancel"."

On peut lire également sous la plume de Louis Blondel dans son article intitulé "Un ancien quartier disparu" paru dans l' "Almanach paroissial" http://data.rero.ch/01-2007197 en 1921,  à la page 44 : "Beaucoup ignorent que Genève a possédé, comme tant d'autres villes, un quartier juif au Moyen-Age.
Les Juifs se sont établis dans notre région dès le milieu du XIIe siècle. […] Dans la ville, encore au XIVe siècle, ils étaient libres d'habiter, mélangés aux chrétiens."

A la page 46, on peut lire que : "C'est le 16 septembre 1428 que nous apprenons par le règlement d'une note au Conseil que le notaire Tacelli a pris la peine de rassembler les juifs dispersés dans la ville dans un "cancel" près de la porte du Palais (Tertasse), et qu'il a fait construire de nouvelles cheminées dans les maisons comprises dans cet enclos.

L'emplacement choisi pour établir ce ghetto était celui de la place du Grand-Mézel, dénommée alors "la halle des cuirs ou des excoffiers". La topographie de ce quartier a subi une complète transformation par la création, en 1719, de la rue des Granges."

Dans "Genève et l'économie européenne de la Renaissance" http://data.rero.ch/01-0204619, Jean-François Bergier écrit à la page 251 : "La situation faite aux Juifs à Genève jusque vers la fin du XVe ne diffère pas de celle qu'ils connaissaient dans la plupart des villes d'Occident. Leur installation y est attestée de façon certaine pour la première fois en 1281."

Il donne en outre plus de détails concernant les activités économiques à Genève de cette population à cette époque.

Vous trouverez également beaucoup de détails dans le document de Jean Plançon, "Histoire de la Communauté juive de Carouge et de Genève" http://data.rero.ch/01-R004849840 :

A la page 21 : "Mais leur installation à demeure ne se précise toutefois qu'à partir de 1396, ce qui coïncide avec leur expulsion du royaume de France deux ans plus tôt. La Savoie, en particulier, constitue le principal refuge des exilés […]
A Genève, dès 1398, on dénombre 15 chefs de famille qui bénéficient d'une certaine bienveillance si l'on en croit les registres des comptes de la trésorerie générale de Savoie."

Vous y trouverez également quelques définitions dans le "Glossaire" :

"Cancel : Au Moyen-Âge, quartier délimité et rigoureusement fermé où l'on assignait à résidence les Juifs. L'accès était généralement libre durant la journée, mais strictement interdit durant la nuit."

Et à l'entrée "Ghetto" : "Le premier ghetto fut organisé à Venise en 1516 – bien que le principe existait déjà depuis quelques siècles."

Cette date de 1516 est bien confirmée par les historiens de Venise comme celle de la création du Ghetto de Venise, tel que l'indique le document de Donatella Calabi "Ghetto de Venise, 500 ans" http://data.rero.ch/01-R008349827.

Les auteurs suivants ont également parlé de la communauté juive de Genève :

- Achille Nordmann, "Histoire des Juifs à Genève : 1281-1780" http://data.rero.ch/01-R276252060, paru dans la "Revue des études juives" http://data.rero.ch/01-0602985 en 1925 et "Documents relatifs à l'histoire des Juifs à Genève, dans le Pays de Vaud et en Savoie" http://data.rero.ch/01-0567957 , paru dans la même revue en 1927.

- Alfred Berchtold", "Ces voix de Genève" http://data.rero.ch/01-1562860, paru dans "Vie juive en Suisse" en 1992

Si le sujet vous passionne, sachez que l'historien Jean Plançon, cité plus haut, organise des visites guidées de ce quartier http://www.jean-plancon.ch/276201934.

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque de Genève http://www.ville-ge.ch/bge

Pour http://www.interroge.ch

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+
Suggestions
La Ville est sur facebook

Découvrir d'autres pages du même chapitre :