Ville de Genève

SITE OFFICIEL

 
Archives InterroGE - Question / réponse
Mise à jour: 14.09.2016

Archives InterroGE - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Au début du 19e siècle, un bateau manège mu par des chevaux transportait les passagers des Eaux-Vives aux Pâquis. Comment cela fonctionnait-il ? Existe-t-il une photo, montrant le rôle des chevaux ?

Question répondue le 11.08.2014


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service Interroge, voici le résultat de nos recherches :

Commençons par cette description du bateau-manège, tirée de cette page dédiée à l'"Histoire du Léman" http://www.bateaulocation.ch/histoire_leman/index.html :

« Avant la construction du pont du Mont-Blanc, pour passer des Eaux-Vives aux Pâquis, il fallait emprunter le "bateau manège" : une sorte de grande plateforme flottante, sur laquelle des chevaux tournaient en rond pour entraîner un axe vertical qui actionnait des roues à aubes. Lent et bruyant, il disparut en 1828, puis fut remplacé par les Mouches créées par Edward Church consul des Etats-Unis et enfin les Mouettes, navettes longtemps blanches et qui arborent aujourd’hui les couleurs de Genève : jaune et rouge. »

Dans l’article "Cent ans sur le Léman" http://dx.doi.org/10.5169/seals-217994 paru dans "Le conteur vaudois : journal de la Suisse romande" en 1923, nous pouvons y lire cette description :

« Le Guillaume Tell avait pour contemporain le légendaire « bateau-manège », formé de deux coques distinctes entre lesquelles se trouvait une grande roue, mise en mouvement par quatre chevaux, tournant dans une sorte de cirque, recouvert d'une tente, au sommet de laquelle flottait le pavillon genevois. Ce bateau mesurait 70 pieds de longueur sur 26 de largeur, et avait coûté 75,000 francs. Les voyageurs se tenaient sur un pont réunissant les deux coques en avant et en arrière de la roue. Il partait des Eaux-Vives toutes les heures et des Pâquis toutes les demies. Le dimanche, il était utilisé pour des promenades dans le Petit-Lac. Le bateau-manège n'eut d'ailleurs qu'une existence éphémère. Il fut vendu à l'enchère. Il allait si lentement si lentement qu'une péniche à un rameur le devançait sans peine, aussi lorsqu'en 1826 il arrêta ses courses, l'oraison funèbre que lui consacra Petit-Senn se termine par ces vers : "De l'escargot du lac, l'existence est à bout. Il allait lentement ; il ne va plus du tout".  Aussi lorsque, pour la première fois, on vit le Guillaume Tell en marche, la stupéfaction des riverains fut grande. Tous accouraient sur le rivage, témoignant de leur surprise par mille démonstrations. »

A la page 57 de "Chronique : les souvenirs de Jacques Guérin : Genève & la société genevoise de 1815-1830" http://data.rero.ch/01-0297951 (document également disponible en ligne http://books.google.ch/books?id=mno7AAAAcAAJ) l’auteur nous dit ceci :

« Et puisque me voici conduit à énumérer nos forces navales, qu'il me soit permis de rappeler l'existence modeste du bateau à manège, éclipsé par ses rivaux, bafoué par un public moqueur et dont notre poète Petit-Senn, dans une page étincelante d'esprit, de malice et de gaîté, avait tracé l'oraison funèbre: De l'escargot du lac, l'existence est à bout, Il allait lentement, il ne va plus du tout. » 

Le volume 1 de "Poésies genevoises" http://data.rero.ch/01-R004421899 contient à la page 231 l'"Oraison funèbre du bateau-manège devenu pont". Il est également disponible en ligne http://books.google.ch/books?id=EnnzAAAAMAAJ.

Sur le site de la "Bases de données patrimoniales de Suisse romande" vous trouverez une estampe https://musees.lausanne.ch/SGCM/Consultation.aspx?id=138726 représentant un bateau-manège accompagnée de cette description :

« vue d'un grand bateau-manège arborant le drapeau suisse et le drapeau genevois. Au centre du bateau se trouve une zone circulaire dans laquelle tournent en rond les chevaux pour entraîner un axe vertical qui actionne les roues à aubes. Le pont arrière est recouvert d'un dais. Sur le pont avant sont stationnées des voitures attelées de chevaux. De nombreux passagers se trouvent à bord. Au premier plan, on voit des roseaux et des pilotis. » 

Dans le tome 11 de 1825 du "Recueil authentique des lois et actes du Gouvernement de la République et Canton de Genève" http://data.rero.ch/01-0147742 (également disponible en ligne http://books.google.ch/books?id=SIZDAAAAcAAJ), vous pouvez consulter à partir de la page 89, l'"Arrêté du Conseil d'Etat, Qui autorise l'établissement de la Société anonyme dite Compagnie du bateau à manège" du 4 Mars 1825 et les "Statuts de la Société anonyme du bateau à manège", Contenus dans l'acte du dix février 1825, reçu Ferdinand Janot, notaire à Genève.

Une autre description du bateau-manège, a été publiée à la page 95 de "Genava : bulletin du Musée d'art et d'histoire" http://doc.rero.ch/record/30740 :

« Ainsi le 31 janvier 1826, sur la demande de Dufour, ingénieur, on autorise les agents du bateau-manège à « scier les pieux qui se trouvent sur la route qu'il suit dans la traversée des Pâquis aux Eaux-Vives et qui vu le grand abaissement des eaux peuvent être atteints dans ce moment ». Le bateau-manège ou pont-volant, surnommé le « lambin traînard », autorisé par le Conseil d'Etat le 4 mars 1825, était un bateau actionné par quatre chevaux, qui devait faire le service entré les Eaux-Vives et les Pâquis en suivant à peu près le trajet des Mouettes genevoises actuelles. Du côté des Eaux-Vives, son point de départ devait être au bout de la ruelle située entre la rue du Port et la rue des Pierres du Niton. Nous avons ici sans aucun doute la mention des pilotis lacustres à l'intérieur du port. »

Enfin pour terminer, voici l'article "La navigation à vapeur sur le lac de Genève il y a cent ans" http://www.davidfeldman.com/wp-content/uploads/items_treate
d_pdf/2012/11/110512-2_211680_1353684044.pdf
repris de l'"Almanach de Genève" http://data.rero.ch/01-0649283 qui vous apporte quelques détails supplémentaires (en page 4 du PDF).

Pour en savoir davantage voici quelques documents sur le Léman et les Eaux-Vives :

"Epitre de Lambin Traînard aux actionnaires du bateau-manège" http://data.rero.ch/01-1306102 

"Les bateaux à roues à aubes du lac Léman" http://data.rero.ch/01-0439321 de Charlotte Kunz

"Bateaux du Léman : deux siècles de navigation" http://data.rero.ch/01-1411838 de Jacques Christinat

"Eaux-Vives : quartier de mémoire" http://data.rero.ch/01-R003184613 de Marcel Granger

"Promenade nostalgique au cœur des Eaux-Vives : à la recherche du passé à travers le nom des rues et les bâtiments du quartier" http://data.rero.ch/01-R003314209 de Tiziana Luzzi Arbouille

"Création d'une société anonyme ayant pour objet la construction d'un bateau à manège, destiné à faire le service de pont-volant des Pâquis aux Eaux-Vives, et vice versa, à l'usage des personnes à pied, ainsi que des chevaux & voitures non-chargées" http://data.rero.ch/01-1529666 d’Edouard Church, François-Mathieu, Marc-Antoine Demole.

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,

La Bibliothèque de Genève http://www.ville-ge.ch/bge

pour Interroge http://www.interroge.ch

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+
Suggestions
La Ville est sur facebook

Découvrir d'autres pages du même chapitre :