Ville de Genève

SITE OFFICIEL

 
Archives InterroGE - Question / réponse
Mise à jour: 14.09.2016

Archives InterroGE - Question / réponse

Retrouvez nos réponses archivées. Leur contenu pouvant devenir obsolète, nous vous rendons attentifs à la date de publication.

Quelle est la recette de la fameuse soupe de la Mère Royaume ?

Question répondue le 13.09.2013


Bonjour,

Nous vous remercions d'avoir fait appel au service InterroGE, voici le résultat de nos recherches :

Vous souhaitez connaître la recette de la soupe de Catherine Cheynel, alias la Mère Royaume, dont on suppose que sa marmite, lancée en bas de la fenêtre pour repousser les Savoyards, était remplie de soupe bouillante et dont le geste en a fait une héroïne genevoise légendaire passée à la postérité ainsi que sa marmite et sa soupe.
La Mère Royaume ne nous a évidemment pas livré précisément la recette de la soupe qui l'a rendue célèbre. Dans les sources de l'histoire genevoise, nous n'avons pas à notre disposition de recueils de recettes de cuisine avant le 19e s., mises à part des recettes transmises au sein de certaines familles. En outre une recette de soupe ne se mettait pas par écrit puisque tout le monde en mangeait tous les jours et savait donc la faire…
Mais le contenu de la marmite de la Mère Royaume a été extrapolé par les historiens en examinant la façon de vivre et de se nourrir à Genève au 17e siècle.
La soupe de la Mère Royaume était donc sûrement composée de légumes de saison cultivés dans le bassin franco-genevois - en effet les maraîchers savoyards alimentaient aussi la ville de Genève – principalement : chou, oignon, rave, navet, poireau, épinard auxquels on ajoutait parfois de la carotte blanche ou du panais. Un morceau de viande ou de lard pouvait être cuit en même temps. On pouvait l'épaissir et ajouter de l'orge, de l'épeautre ou des légumineuses comme les lentilles, les pois ou les fèves, voire des châtaignes, des haricots secs ou encore du riz importé du Piémont (surtout en cas de disette). Sel et herbes aromatiques complétaient l'assaisonnement et cette soupe était mangée avec de larges tranches de pain blanc ou bis, le plus souvent trempées dans le liquide.
On sait qu'à cette époque la soupe était le principal aliment en ville ou à la campagne, qu'elle cuisait tout au long de la journée et qu'on y rajoutait des éléments au fur et à mesure des disponibilités maraîchères. Surtout pas de pomme de terre car, arrivant tout juste en Europe, elle n’était pas encore introduite à Genève, de même le poivre était-il encore trop cher et réservé aux plus riches.
La plupart de ces renseignements sont tirés d'un article, intitulé "A la soupe !" paru dans Le Courrier du samedi 13 décembre 2008, écrit par Daniel Häring et Michel Schweri. Cet article précis n'est malheureusement pas accessible en ligne, mais on en trouve une copie dans la revue de presse du 13.12.2008 de l’État de Genève (Article qui a été repris en fiche pédagogique pour les enseignants) : http://icp.ge.ch/dip/revue-de-presse/IMG/pdf/LC_2008.12.13_
p19_20_A_la_soupe.pdf


Une autre copie intitulée "La "vraie" soupe de la Mère Royaume" est mise en ligne sur le site des Jardins de Cocagne, coopérative genevoise de production et de consommation de légumes biologiques, dans leur Bulletin datant de décembre 2008, mais sans mention du nom des auteurs, à part dans l'éditorial du Bulletin. http://www.cocagne.ch/PDF/la_vraie_soupe_081207.pdf

On trouve en outre plusieurs recettes actuelles de soupes de l'Escalade ou de la Mère Royaume, que ce soit dans des livres de cuisine régionale ou sur des sites Web de recettes, mais elles contiennent en général de la pomme de terre ou du poivre et très peu de céréales ou légumineuses, elles sont donc adaptées à notre alimentation du 21e s.
De même la traditionnelle soupe servie de nos jours à la population pendant la commémoration de l'Escalade ou celle fabriquée par les élèves et dégustées dans les préaux, est adaptée, sans parler des légumes de la fameuse marmite de l'Escalade en chocolat fourrée de massepains en forme de pommes de terre, de cornichons, de girolles et autres champignons et même des tomates, légumes n'ayant plus rien à voir avec ceux de 1602 !
Pour élargir la recherche et approfondir le mode de vie des Genevois au 17e s. nous vous conseillons de consulter : "Vivre à Genève autour de 1600" de Liliane Mottu-Weber, Anne-Marie Piuz et Bernard Lescaze. http://data.rero.ch/01-R003287135

Et sur le thème de l'Escalade :"Journal du temps de l'Escalade : Genève et le monde en 1602" par Luc van Aken... [et. al.] http://data.rero.ch/01-R003270273. Cet ouvrage a été publié pour la commémoration du 400e anniversaire de l'Escalade par l'Association pour l'étude de l'histoire régionale (AEHR) http://www.aehr.ch
"Escalade et coutumes de table : de quand date la marmite en chocolat ?" de Bernard Lescaze dans la Revue du vieux Genève http://data.rero.ch/01-1339509
"La Mère Royaume : figures d'une héroïne, XVIIe-XXIe siècle" de Corinne Walker http://data.rero.ch/01-R003281215 qui traite de la Mère Royaume du point de vue de l'iconographie.
Ces quatre documents sont empruntables ou consultables dans plusieurs bibliothèques de Genève.

De même sur Wikipedia les articles dédiés à la Mère Royaume et à l'Escalade :
http://fr.wikipedia.org/wiki/L'Escalade
http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A8re_Royaume

Et finalement nous vous conseillons le site web de la Compagnie 1602, en charge des manifestations autour de l'Escalade pour savoir où déguster la soupe de l'Escalade en 2013 :
http://www.compagniede1602.ch

Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.

Cordialement,
La Bibliothèque de Genève pour InterroGE

http://www.ville-ge.ch/bge

http://www.interroge.ch

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+
Suggestions
La Ville est sur facebook

Découvrir d'autres pages du même chapitre :