Ville de Genève

SITE OFFICIEL

Mise à jour: 18.12.2013
 

Conservatoire et jardin botaniques

C’est en 1817 qu’Augustin-Pyramus de Candolle revient dans sa ville natale pour y fonder un jardin botanique sur le site de l’actuelle promenade des Bastions.

Horaires
du 25 octobre au 31 mars: 9h30 - 17h00
du 1er avril au 24 octobre: 8h00 - 19h30

Ce nouvel instrument doit favoriser l’enseignement des sciences naturelles et l’acclimatation de plantes nouvelles. Il renforce le rôle important joué par Genève dans ce domaine. 

En 1902, le Jardin, devenu trop exigu, est transféré à son emplacement actuel par John Briquet. La construction du premier Conservatoire est entreprise aussitôt au lieu-dit «la Console» pour abriter, dès 1904, les herbiers et la bibliothèque. La première serre est installée en 1908. Le Jardin connaît deux extensions ultérieures: en 1955 (Campagne Duval) et en 1976 (Terre de Pregny). Il occupe aujourd’hui une surface de 28 hectares, sans compter le parc du Château de Penthes et les serres de Pregny. 

Cinq secteurs

Le Jardin botanique, véritable musée vivant, offre au public une collection étiquetée, répertoriée et informatisée d’espèces botaniques et horticoles provenant du monde entier. Il est divisé en cinq secteurs: l’arboretum, les rocailles et le massif des plantes protégées, les plantes officinales et utilitaires, les serres, ainsi qu’un secteur voué à l’horticulture et aux animaux. Le Jardin est dédié à la conservation, à la recherche et à l’éducation phyto-environnementale. 

100'000 volumes

Le Conservatoire comprend une bibliothèque de valeur mondiale dans le domaine de la botanique systématique. Riche de plus de 100’000 volumes et d’environ 3000 séries de périodiques, elle regroupe une documentation exhaustive dans son domaine. Des banques de données, des collections d’ouvrages anciens, des microfilms et une iconothèque de plus de 25’000 titres complètent cet ensemble. Etroitement relié à la bibliothèque, l'herbier, avec ses quelque 6 millions d’échantillons, est parmi les cinq plus grands au monde. 

Sur le terrain

A celle de conservation s’ajoutent des missions de recherche et d’enseignement. Le travail de terrain complète la recherche documentaire et les expériences de laboratoire. Les quatre principaux territoires étudiés sont le Bassin méditerranéen, l’Amérique tropicale, l’Afrique, et bien évidemment notre région médio-européenne alpine. L’essentiel des travaux concerne la botanique systématique (rédaction de monographies et de flores), les études sur la biogéographie, le paysage et la végétation, ainsi que la nomenclature botanique, l’ethnobotanique, la cryptogamie et l’histoire des sciences. L’application de nouvelles technologies, comme la biologie moléculaire ou la télédétection par satellite pour l’étude de la végétation, a ouvert des perspectives prometteuses. 

Le Jardin propose des espaces d’interaction et un programme d’animation, de vulgarisation et d’interprétation très complet pour ses différents publics (écoles, familles, amateurs, etc.) 

Les Conservatoire et jardin botaniques conduisent aussi un programme de botanique appliquée, en particulier dans le Sud grâce au Fonds de coopération de la Ville de Genève. Des conventions intermunicipales ont été signées avec les villes d’Asunción, de La Paz, de São Paulo, de Dakar, d’Abidjan et de Bamako. Ces projets ont pour but de valoriser le «phyto-savoir» local traditionnel, les valeurs citoyennes et, à terme, de favoriser la conservation des diversités naturelle et culturelle locales.

Contact

Conservatoire et jardin botaniques

Chemin de l'Impératrice 1
1292 Chambésy
Tél.+41 22 418 5100
Fax+41 22 418 5101

A télécharger

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+

Avis et suggestions

Suggestions
La Ville est sur facebook

Découvrir d'autres pages du même chapitre :