Ville de Genève

SITE OFFICIEL

Mise à jour : 3 avril 2012

Thème : Mobilité 

Les comptages vélos 2011: augmentation de 30% du trafic vélo en deux ans

En deux ans, le trafic vélo a augmenté d’un tiers. Très présents au centre-ville, sur de courts trajets, les cyclistes se déplacent également sur de plus longues distances, été comme hiver. Ils utilisent des itinéraires directs et plébiscitent les pistes cyclables. Le vélo à assistance électrique séduit les pendulaires: sur certains axes, environ 10% de cyclistes l’ont adopté.

Comptage vélos
© J. Gregorio

Afin de mettre en œuvre une politique d’aménagement adaptée et favorable à l'utilisation du vélo, l'Etat de Genève et la Ville de Genève réalisent en commun, tous les deux ans depuis 1987, une campagne de comptage des deux-roues non motorisés. Les données récoltées et analysées permettent ainsi de connaître l'utilisation et l'évolution de ce mode de transport. Plus de 40 points de comptages, répartis sur l’ensemble de l’agglomération, forment des écrans de passage qui permettent de mesurer le flux des vélos qui les traversent. Les vélos sont également comptés sur les ponts du Rhône et de l’Arve, ce qui fournit un point de repère fiable pour mesurer leur évolution.

Les aménagements spécifiques favorisent la pratique du vélo

La croissance particulièrement forte sur les axes équipés de pistes cyclables ne laisse planer aucun doute. Les cyclistes privilégient très clairement ces itinéraires, surtout lorsqu’ils offrent de bonnes connexions avec le reste du réseau cyclable. Cela s’explique par le fait que ces itinéraires sont directs, rapides et les cyclistes s’y sentent en sécurité. L’écran situé sur l’axe de la rue de la Servette enregistre une augmentation de plus de 60% de vélos par rapport à 2009! Cette affluence massive démontre que les pistes cyclables mises en place avec la construction du tram Cornavin-Meyrin sont plébiscitées. On observe également une nette augmentation du trafic vélo sur la rue de Lausanne et la route des Acacias, deux grandes pénétrantes qui offrent des conditions similaires aux cyclistes.

Les vélos présents sur les principaux ponts

Les ponts les plus utilisés pour traverser le Rhône sont ceux de la Coulouvrenière et du Mont-Blanc. S'agissant de deux axes à fort trafic avec des conditions de circulation difficile, force est de constater que les cyclistes les empruntent malgré tout. Les axes à fort trafic devraient donc faire l'objet d'aménagements spécifiques, car même si les itinéraires bis, à l’écart du trafic automobile, sont recherchés par certains cyclistes, ils sont moins directs et moins utilisés. Les points de passages dédiés à la mobilité douce, notamment le pont des Bergues, en continuité avec d’autres itinéraires cyclables, restent bien fréquentés. Par contre, la passerelle du Seujet, moins bien reliée au reste du réseau, donne des résultats peu significatifs. Dans ce cas, les nuisances liées aux chantiers dans le secteur de la Jonction ainsi que la forte déclivité pour rejoindre le quartier de Saint-Jean semblent jouer un rôle dissuasif.

Les grands chantiers pénalisent l’utilisation du vélo

A l’inverse, lorsque la circulation est dense et que les équipements destinés aux cyclistes font défaut, par exemple lors de chantiers, une très forte baisse de leur fréquentation est constatée. Cela a été le cas avec le chantier du tram TCOB qui a eu un fort impact dans le secteur de la Jonction sur la circulation des vélos.

Scooters et  motos sur les pistes cyclables

Bien qu’exclusivement réservées aux vélos et vélomoteurs, les pistes cyclables sont utilisées par les motos et les scooters. Un comptage spécifique sur la route des Acacias montre que près d’un tiers des deux-roues qui circulent sur cette piste cyclables sont des scooters et des motos. Cette situation est très préjudiciable au développement des mobilités douces. Elle est perçue comme dangereuse, tant par les cyclistes que par les piétons, et tend à dissuader ces derniers d’adopter un moyen de transport écomobile, ce dernier étant jugé trop dangereux. Ces agissements vont à l’encontre des efforts menés par les collectivités publiques qui s’efforcent de diminuer les nuisances dues au bruit routier et d’améliorer la qualité de l’air.

Un avenir prometteur pour le vélo à assistance électrique

Pour la première fois, l'observation prenait en compte les vélos électriques. La proportion de vélos électriques se situe aux environs de 10%, c’est plus que la moyenne suisse qui s’établit à 5.4 %. Ils ont été comptabilisés sur sept postes, situés en périphérie du centre-ville, à l’exception du pont du Mont-Blanc. La répartition varie peu d'un poste à l'autre, avec un nombre légèrement plus élevé sur l’axe de la route des Acacias.

Les cyclistes sont des pendulaires non frileux!

Le pic de passages aux heures de pointe indique clairement que le vélo est avant tout utilisé pour les parcours domicile-travail selon un modèle comparable aux autres modes de transport (forte baisse le week-end). De plus, et contrairement aux idées reçues, le flux de cyclistes ne diminue pas de manière drastique en hiver. En revanche, les périodes de vacances ou les quelques jours de neige pointent des baisses significatives.

Des améliorations significatives en centre-ville

«Améliorer l’accompagnement des cyclistes sur les grands axes et assurer une bonne desserte à l’échelle des quartiers sont des actions prioritaires pour la Ville de Genève. Entre 2009 et décembre 2011, la Ville a réalisé plus de 10 km d’aménagements cyclables. Actuellement, près de 100 km - sur les 110 que nous visons- sont aménagés en faveur des vélos». a souligné M. Rémy Pagani, conseiller administratif de la Ville de Genève en charge du département des constructions et de l’aménagement.

Les comptages vélos donnent des informations sur les déplacements pendulaires, mais la Ville ne perd pas de vue qu’une forte demande existe également pour les déplacements de type loisirs et les sorties en famille. Pour cette catégorie d’usagers, des itinéraires en site propre sont nécessaires. Ce sera le cas notamment le long de l’Arve avec l’aménagement de la Voie Verte. D’autre part, pour accompagner l’augmentation du trafic cycliste, la Ville améliore les conditions de stationnement des vélos. La récente ouverture de la vélostation Montbrillant derrière la gare CFF de Cornavin va dans ce sens, tout comme un plan d’action que la Ville met en oeuvre afin d’offrir plus de places où parquer les vélos aux abords des bâtiments publics.

Les résultats des comptages 2011 viennent confirmer les mesures prises dans le plan directeur de la mobilité douce adopté par le Conseil d'Etat en mars 2011. «Ces données seront précieuses notamment dans le cadre de l'élaboration du concept multimodal 2030 en cours de préparation et dans lequel les mobilités douces seront un pivot de la mobilité au centre ville» a déclaré Mme Michèle Künzler, conseillère d'Etat chargée du département de l'intérieur et de la mobilité.

Méthodologie des comptages

Les comptages sont effectués manuellement in situ de la façon suivante:

  • en mai-juin depuis 1987;
  • comptages en novembre-décembre depuis 2005;
  • en période de pointe du matin et du soir (ppm et pps) de 7h à 9h30 et de 17h à 18h30;
  • 46 postes de mesures.

Pour tout complément d'information

  • Mmes Josette Niggeler, Etat de Genève, département de l'intérieur et de la mobilité, ingénieure, tél. +41 22 546 78 34, e-mail: josette.niggeler(at)etat.ge.ch, et Julie Barbey Horvath, Etat de Genève, département de l'intérieur et de la mobilité, ingénieure, tél. +41 22 546 78 92, e-mail: julie.barbey-horvath(at)etat.ge.ch;
  • Mme Dominique Wiedmer Graf, Ville de Genève, département des constructions et de l’aménagement, déléguée à la communication, tél. + 41 22 418 20 53, e-mail:dominique.wiedmer-graf(at)ville-ge.ch

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+

Vie de quartier

Histoire, informations pratiques et activités des quartiers genevois

Liste des quartiers

Suggestions

Découvrir d'autres pages du même chapitre :