Ville de Genève

SITE OFFICIEL

Mise à jour : 30 août 2011

Thème : Environnement urbain et espaces verts 

Flore genevoise: une nouvelle publication pour assurer une protection ciblée

Un tiers de la flore genevoise est menacée. Afin de cibler au mieux les efforts de protection requis pour préserver ce patrimoine en danger, une liste des plantes prioritaires a été établie conjointement par l'Etat de Genève et la Ville de Genève.

Cet inventaire a permis d'identifier les sites les plus importants du canton pour la préservation de ces espèces sensibles. Ces données, géoréférencées et rassemblées dans une publication, constituent un outil précieux pour les propriétaires et gestionnaires de ces sites – notamment les communes – qui pourront y appliquer les actions de conservation adaptées.  Ce document complète ainsi la Liste rouge des plantes vasculaires, publiée en 2006, et l'Atlas floristique du canton de Genève, publié en 2011, pour constituer un dispositif complet permettant de mettre en œuvre une protection ciblée de la flore locale.

Des priorités pour préserver un patrimoine en danger

Le canton de Genève, malgré son territoire exigu, n’abrite pas moins de 1236 espèces de plantes indigènes – herbes, buissons, arbres… C'est là une richesse considérable en matière de biodiversité, mais aussi en tant que ressource, compte tenu du potentiel que recèle la flore, notamment sur le plan alimentaire ou médicinal. Ce patrimoine précieux est néanmoins en danger: sur la base des critères internationaux, 433 espèces genevoises – certaines spectaculaires comme des orchidées ou des renoncules, d'autres discrètes comme des graminées ou des plantes aquatiques – sont menacées. Parvenir à les préserver durablement nécessite d'établir des priorités. C'est à ce défi que répond la «Liste des espèces et sites prioritaires», publiée conjointement par la Ville et l'Etat de Genève.

Ce document est le résultat de plusieurs années de travail. En effet, au vu du nombre important d'espèces concernées, une sélection des cas les plus critiques a été opérée par les experts. Cette démarche a permis d'identifier les parcelles prioritaires où se concentrent les espèces vulnérables afin de mieux cibler les actions de conservation. Sur cette base, 37 sites de grande valeur ont pu être identifiés.

Des oasis parfois inattendues

Les milieux qui hébergent une flore importante sont le plus souvent des espaces ouverts, notamment des prairies ou des zones humides, mais aussi des secteurs de lisières ou en périphérie de cultures. Comme on pouvait le prévoir, certains sites se situent dans des zones protégées où se concentrent de nombreuses valeurs naturelles et font l'objet d'un plan de gestion. Cependant, la majorité d'entre eux ne bénéficient pas de statut particulier, démontrant que les richesses naturelles dépassent les frontières des réserves et se situent même parfois au cœur de l'agglomération. Contre toute attente, le plus grand des sites prioritaires du canton n'est autre que… Genève Aéroport (voir ci-dessous)! Cette proximité avec les zones construites est réjouissante mais induit également des pressions accrues pour la flore.

Un outil de conservation adapté aux communes

La «Liste des espèces et sites prioritaires» constitue un outil précieux pour assurer la conservation des plantes locales. Dans un contexte où le canton de Genève connaît un développement important, elle vise en premier lieu à attirer l'attention des autorités locales et des propriétaires sur leur existence. Les sites, géorenférencés, sont en effet intégrés au système d'information du territoire genevois (SITG) afin qu'ils soient pris en compte dans tout projet pouvant avoir un impact sur ces parcelles.

De plus, organisée par communes, cette publication permet à ces dernières de mettre en place les mesures de gestion nécessaires sur ces parcelles. Bien souvent, une simple surveillance et un entretien adapté, le cas échéant en bénéficiant d'un accompagnement de l'Etat, permettent de maintenir durablement les richesses botaniques des lieux.

La «Liste des espèces et sites prioritaires» complète ainsi la «Liste rouge des plantes vasculaires», publiée en 2006, et «l'Atlas floristique du canton de Genève» également publié en 2011 par les Conservatoire et jardin botaniques de la Ville de Genève. Résultat de 20 ans de travail, ce dernier présente la cartographie exhaustive de l’ensemble de la flore du canton. Ensemble, ces trois ouvrages constituent un dispositif de référence complet permettant de mettre en œuvre une protection ciblée de la flore genevoise.

Pour commander

- Liste des espèces et sites prioritaires: 40.- , en vente au Jardin botanique (Bot Shop et editions.cjb@ville-ge.ch).

- Atlas floristique du canton de Genève: 60.- , en vente au Jardin botanique et chez Rossolis: rossolis@rossolis.ch.

Sites prioritaires: le plus grand et le plus riche

La commune du Grand-Saconnex héberge sans doute le site prioritaire le plus inattendu du canton: les prairies situées autour des pistes d'aviation de Genève Aéroport. Cette zone fermée au public de plus de 50 ha constitue le plus étendu des sites genevois de grande valeur. Il abrite 6 espèces prioritaires ou menacées –dont une rare espèce de fougère et une rose colorée– démontrant que des valeurs botaniques peuvent être conservées dans des secteurs très urbanisés à condition de respecter certaines précautions. Afin de préserver ces richesses, les prairies de Genève Aéroport font l'objet d'un plan de gestion qui précise les périodes d'intervention pour ces espaces. De plus, une cartographie rigoureuse permet de mettre en évidence les secteurs concernés par les espèces les plus rares.

Sans surprise, c'est une zone protégée qui héberge la plus grande diversité d'espèces prioritaires: le vallon de l'Allondon, à cheval entre les communes de Russin, Satigny et de Dardagny, est le champion genevois toutes catégories dans ce domaine : ses 10 ha de prairies sèches et de friches diversifiées totalisent en effet plus de 30 plantes menacées. Pour assurer la conservation de ces espèces, ce joyau de la nature genevoise est suivi par les services de l'Etat avec les communes depuis de nombreuses années.

Pour tout complément d'information

  • M. Bertrand von Arx, conservateur de la nature et du paysage, Etat de Genève, DIM, tél. +41 22 388 55 37
  • M. Pierre-André Loizeau, directeur des Conservatoire et Jardin botaniques, Ville de Genève, tél. +41 22 418 51 33

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+

Vie de quartier

Histoire, informations pratiques et activités des quartiers genevois

Liste des quartiers

Suggestions

Découvrir d'autres pages du même chapitre :