Ville de Genève

SITE OFFICIEL

Mise à jour : 29 mars 2011

Thème : Genève, ville internationale 

Une oeuvre dans l'espace public en mémoire du génocide des Arméniens

En mai 2008, la Ville de Genève votait en faveur de l’édification, dans l’espace public, d’un monument en mémoire du génocide des Arméniens. Suite à cette décision politique, le Fonds d’art contemporain de la Ville (FMAC) a été chargé de la mise en œuvre du projet artistique en partenariat avec la communauté arménienne, à l’origine de la demande. Huit artistes internationaux de renom ont été invités à concourir. Melik Ohanian, artiste français, est le lauréat du concours avec son projet «Les Réverbères de la Mémoire».

En collaboration avec les différents Services de la Ville, trois lieux ont été proposés aux artistes en raison des travaux de réaménagements ou de transformations dont ils vont faire l’objet à moyen terme: le Square Pradier, le Square Chantepoulet, le Bastion Saint-Antoine. L’ensemble des artistes a décidé d’implanter leur projet sur le Bastion Saint-Antoine.

Faisant suite à un concours international auprès d’artistes reconnus, «Les Réverbères de la Mémoires», de Melik Ohanian, a été choisi à l’unanimité par un jury composé de représentants de la communauté arménienne et d’experts du monde artistique. Cette oeuvre répond donc à la fois aux attentes spécifiques de la communauté arménienne, mais contient également une grande valeur artistique. Le Bastion Saint Antoine, site classé sur le territoire de la Ville de Genève, renforce l’idée de mémoire contenue dans l’œuvre tout en affirmant, de par sa nature même, une dimension ouverte dans son propos.

L’édification d’un monument constitue pour la communauté arménienne, à l’origine du projet, et pour la Ville de Genève une contribution à la lutte pour la mémoire des génocides et des crimes contre l'humanité dans un esprit d’ouverture et de dialogue. Il faut rappeler que la notion juridique de génocide a été formulée pour la première fois par le juriste Raphaël Lemkin en référence au génocide des Arméniens de 1915.  Il est donc légitime qu'un monument à la mémoire de ce génocide soit érigé à Genève, la Ville des droits de l'homme.

Le projet est estimé à environ CHF 500'000. Son financement est partagé entre plusieurs acteurs. Les frais liés à l’organisation du concours, ainsi que ceux de l’exposition publique du projet lauréat sont pris en charge par le FMAC, pour un montant correspondant à CHF 105'000. La recherche de fonds pour financer la réalisation du projet sera assurée par les porteurs du projet, soit la communauté arménienne. L’enveloppe budgétaire prévue est évaluée à CHF 400'000. Cette œuvre, une fois réalisée, sera offerte à la Ville de Genève. Celle-ci se verra dotée d’une œuvre emblématique d’un artiste de réputation internationale. Pour la communauté arménienne, ce geste contribue également à participer au rayonnement de la Ville de Genève.

Contact

Michèle Freiburghaus, responsable du Fonds d'art contemporain de la Ville de Genève (FMAC)
Tél: + 41 22 418 45 35 ou + 41 78 760 12 60
34, rue des Bains
1205 Genève
fmac(at)ville-ge.ch
www.les-reverberes-de-la-memoire.ch

Partage

Partager cette page

Facebook Twitter LinkedIn Google+
Suggestions

Découvrir d'autres pages du même chapitre :